Communication


  • TANNHAUSER - Paris Par André Peyrègne....un article fantaisie sur Richard Wagner


    La représentation à laquelle nous avons assisté lundi 18 mars (1861) fera sans doute date dans l’Histoire de la musique. Peut-être parlera-t-on encore dans un ou deux siècles du scandale qu’elle a suscité. Il s’agit de la représentation de Tannhäuser de Wagner, à l’Opéra de Paris...


    pour lire la suite, consulter le PDF

    Plus d'informations : Tannhäuser - Paris - Critique _ Forum Opéra.pdf

  • I LOMBARDI ALLA PRIMA CROCIATA Opéra de Monte-Carlo : une croisade anti-Covid

    La Principauté résiste à la crise sanitaire et Jean-Louis Grinda poursuit inexorablement sa route en maintenant une programmation quasi conforme aux spectacles annoncés. Ce pied de nez à la pandémie mérite un nouveau coup de chapeau et révèle la tragique incurie des états soi-disant puissants, incapables de préserver leurs politiques culturelles et de mettre en place des dispositifs efficaces pour maintenir les représentations d’opéra. On le sait peu, mais un autre théâtre en Europe a su s’adapter, il s’agit de l’opéra de Sofia en Bulgarie.  L’orchestre y a pris la place du parterre, le public est cantonné aux balcons et les entractes sont supprimés, mais le spectacle continue…
    I Lombardi créé à Milan le 11 février 1843 constitue le quatrième ouvrage de la production Verdienne et s’inscrit dans le sillage du prestigieux Nabucco...


    Lire la suite de cet article dans le PDF

    Plus d'informations : Les Lombards. Opéra de Monte Carlo.pdf

  • LE COMTE ORY Opéra de Monte-Carlo : Quand le comte Ory conte fleurette ...



    Changement de ton radical à l’opéra de Monte-Carlo ou la pochade gaillarde du Comte Ory succédait au parcours mystique de Thaïs
    Cette galipette rossinienne à mi-chemin entre l’opéra-bouffe et l’opéra-comique connut lors de sa création un fantastique succès et fut jouée plus de quatre cent fois jusqu’à l’année 1884. 
    Quel génie tout de même que ce Rossini, et si l’on y regarde de plus près , quel précurseur !  En écoutant les arabesques  syllabiques du cast monégasque et les parlandos soutenus par les cordes, une évidence s’impose.
    Le créateur du genre « rap » n’est autre qu’un certain Gioacchino Rossini…

    Lire la suite de cet article dans le PDF

    Plus d'informations : Ory Opera de Monte Carlo.pdf

  • DU BELCANTO SUR LE ROCHER Opéra de Monte-Carlo



    A l’heure ou quasiment tous les théâtres d’Europe gardent porte close le Rocher Monégasque affichait un après-midi Belcanto avec deux voix de haute volée et un chef spécialiste du genre en la personne de Riccardo Frizza.
    L’autorité et l’expérience de celui qui officie en qualité de directeur musical du Festival Donizetti de Bergame depuis 2017 ne font  aucun doute. Rien ne bouge dans les pupitres du philharmonique de Monte-Carlo et la direction en acier trempé du  chef Italien concède un peu de sémillance à Rossini, une connotation romantique à Bellini mais affiche un ton carrément martial pour la trilogie Tudor...

    Lire la suite de cet article dans le PDF

     

    Plus d'informations : Concert Belcanto.pdf

  • THAÏS à l'Opéra de Monte-Carlo



    Quel bonheur en ces temps de pandémie de prendre la route pour se rendre en Principauté de Monaco. La quasi-totalité des théâtres européens ont fermé leurs portes mais l’opéra de Monte-Carlo, tel le village d’Astérix, fait quant à lui de la résistance. Nanti d’un masque chirurgical, les mains bien désinfectées au moyen d’un gel hydroalcoolique gracieusement offert, il est possible, après avoir sacrifié à la cérémonie de la prise de température, de s’installer confortablement sous les ors de la délicieuse salle Garnier. D’autant plus confortablement d’ailleurs que la distanciation règne en ces lieux et que seul un siège sur deux se trouve effectivement occupé… En écoutant distraitement les musiciens de l’orchestre philharmonique de Monte-Carlo accorder leurs instruments, je ne pouvais empêcher mon esprit de divaguer…

    Lire la suite de cet article dans le PDF

    Plus d'informations : Opéra de Monte carlo Thais.pdf

  • LA DAME BLANCHE ​Opéra de Nice Mardi 19 janvier 2021



    La « Dame blanche » fut créée à Paris le 10décembre 1825 alors que Richard Wagner avait tout juste onze ans…

    Ce tube du répertoire du XIXème siècle fut représenté des centaines de fois et la 1675eme fut atteinte en 1914. Par la suite le succès de l’ouvrage s’estompa , mais il bénéficie aujourd’hui d’un retour en grâce tout à fait justifié.

    D’ailleurs Richard Wagner adorait ce chef d’œuvre ingénu et déclarait à son propos : « un modèle de ce que le génie français a proprement tiré de soi-même ».

    La crise de la covid 19 a fâcheusement contrarié les projets de Bertrand Rossi et la programmation de l’ouvrage dans la production initialement prévue se trouve reportée à la saison prochaine. L’opéra de Nice a néanmoins eu la très bonne idée de réaliser une captation filmée dans une mise en scène minimaliste mais très réussie.

    L’orchestre se positionne en fonds de scène, et la couverture de la fosse dégage un espace utilisé pour reproduire une simili répétition du spectacle plus vraie que nature. Ce dispositif improvisé fonctionne très bien et on le comparera bien évidemment l’année prochaine avec un grand intérêt avec la mise en scène originellement prévue.

    Bertrand Rossi a eu la main inspirée en recrutant ses chanteurs et en confiant la direction musicale à Alexandra Cravero. La tache n’était guère aisée car tournant le dos aux choristes placés dans les loges et aux chanteurs positionnés sur l’avant-scène la talentueuse musicienne a du se contorsionner et jongler avec les pages de la partition pour conduire tout son petit monde à bon port. On reste confondu devant l’autorité naturelle, le charisme et la présence de cette artiste âgée d’à peine quarante trois ans. L’homogénéité des chœurs et la précision des attaques sont au rendez-vous. Les sonorités quasi rossiniennes, et les rythmes d’un bel canto à la française enchantent l’auditoire.

    Le plateau est lui aussi dans d’excellentes dispositions avec un tandem de choc composé de Patrick Kabongo et d’ Amélie Robins. Le ténor originaire du Congo possède une musicalité rare, un chant tout en finesse, une sensibilité intériorisée mise en valeur par un superbe timbre qui rappelle un certain Rockwell Blake si souvent entendu sous nos latitudes. La voix n’est pas immense mais idéalement projetée sous les ors désertés de l’opéra de Nice….Amélie Robins lui donne une savoureuse réplique, son soprano colorature s’oriente désormais vers une dimension plus lyrique qui convient parfaitement à l’emploi d’Anna. Espiègle et malicieuse, virevoltante et enjouée, la ravissante Amélie est une dame blanche qui c’est certain crèvera l’écran !!!

    Les autres emplois sont du même calibre avec notamment la jenny pétulante aux sonorités colorées de Sophie Marin Degor et la Marguerite vocalement bien en place de Marie Kalinine. Laurent Kubla (Gaveston), Luca Lombardo (Dickson) et Mickael Guedj ( Mac-Irton) complètent efficacement ce cast très équilibré.


    Mais quel crève-cœur de voir un spectacle d’un tel niveau représenté devant une salle vide… Alors précipitez-vous devant vos écrans aussitôt que cela sera possible pour savourer cette dame blanche, comme une délicieuse sucrerie dont elle porte le nom…



    Yves Courmes

    Plus d'informations : Opéra de Nice.pdf

  • Une nouvelle interview de AMELIE ROBINS pour Opéra-Online samedi 16 janvier 2021

    Plus d'informations : 5 questions à Amélie Robins (Actualité) _ Opera Online - Le site des amateurs d'art lyrique.pdf

  • Wagner en pleine tempête (ana-chronique) par André Peyrègne

     Dans le cadre d'une série d'articles écrits par André Peyrègne sur le site Forum Opera, il imagine avoir assisté aux créations des grands opéras de l'histoire de la musique. Voici celui qui relate la création du "Vaisseau fantôme" à Dresde le 2 janvier 1843. André Peyrègne imagine y avoir assisté en présence de Berlioz, en se souvenant d'avoir interviewé notre Richard deux ans avant à Meudon...
    https://www.forumopera.com/le-vaisseau-fantome-dresde-dresde-wagner-en-pleine-tempete-ana-chronique
    L'article est disponible en PDF en cliquant sur le lien ci dessous

    Plus d'informations : Le Vaisseau fantôme (Dresde) - Dresde - Critique _ Forum Opéra.pdf